©2019 by Climate Sentinels.

Chercheur en Sciences Environnementales

Dr. Alia Khan est actuellement assistante Professeur à la Western Washington University. Alia utilise des techniques de géochimiste sur la Cryosphere, afin de documenter les changements au niveau des glaciers et de la neige, dans les régions polaires et montagneuses du globe. Ses travaux explorent plus particulièrement la déposition des particules fines sur la neige et la glace, et leur impact sur l’albedo, la fonte et la qualité de l’eau. Alia a étudié des manteaux neigeux, des lacs et réservoirs d’eau au Colorado, et des glaciers, manteaux neigeux, et lacs en Himalaya, Arctique et Antarctique. Elle a fini sa thèse en 2016 à l’Université du Colorado, tout en travaillant à l’Institute of Arctic and Alpine Research.

Bonjour Alia!

Où te trouves-tu en ce moment même, et d’où viens-tu ?

Je suis actuellement basée dans la belle ville de Bellingham, WA. Je viens de démenager, avant j'étais dans le Colorado, à Boulder. J'ai obtenu mon doctorat à l'Institute of Arctic and Alpine Research de l'Université du Colorado, et ensuite j'ai travaillé en tant que PostDoc au NSIDC à CU-Boulder. Je suis originaire de Raleigh, NC. J'ai migré peu à peu vers l'Ouest et je suis tellement heureuse d'être ici dans le Nord Ouest Pacifique.

 

Quelle est ta profession ?

Je suis Assistante Professeur au Département de Sciences Environnementales au Huxley College of the Environment, Western Washington University.

 

​Peux-tu te décrire en trois mots ?

Curieuse, Passionnée and Compatissante. 

 

Qu’est-ce que ce projet signifie pour toi ?

Je suis super contente de faire partie de l'équipe Climate Sentinels! Ce projet nous réunies toutes par la même passion. Nous sommes toutes au début de nos carrières de scientifiques, toutes passionnées par l'Arctique, et Svalbard en particulier, et nous souhaitons toutes contribuer à améliorer nos connaissances sur le dépot des particules fines sur un environnement aussi fragile que celui du Svalbard, tout en menant une expédition propre! D'habitude, lorsque je collecte mes échantillons je le fais en utilisant des scooters des neiges ou des hélicoptères. J'ai toujours rêvé de faire un tel projet en skis mais c'est souvent si difficile qu'on ne va généralement pas très loin. Je suis aussi ravie de travailler avec Heidi, Silje et Dorothée!

 

Qu’espères tu réussir avec ce projet ?

Je me réjouis de collecter des données dans des régions trop longtemps ignorées au Svalbard. Mais aussi de fournir des données complémentaires au projet MOSAIC de l'Institut Allemand Polaire, tout en aidant  à valider des données satellitaires collectées par le satellite IceSAT2.

 

Est-ce que certains aspects du projet et de l’expédition t’inquiètent ?

Je ne vais pas mentir, je préfererai ne pas voir d'ours! J'adore les observer, s'ils sont loin, mais pas plus! Ce genre d'expédition demande aussi beaucoup de préparation, et énormément de travail en aval comme l'analyse des échantillons. Mais j'ai 100% confiance dans mon équipe et je suis sure que tout va bien se passer.

 

​Et ce qui te réjouis le plus ?

Je suis tellement heureuse de travailler avec une telle équipe de scientifiques. Mes plus fortes amitiés ont été créees suite à de tels aventures sur le terrain. Et j'ai hate de passer plus de temps avec chacune des membres de l'équipe. Egalement j'ai hate de travailler avec les écoles de Bellingham et j'espère inspirer la prochaine générations de femmes scientifiques! Cela va aussi rajouter un paquet de données à mes recherches, dans des régions jusqu'alors non échantillionnées,ce qui m'intéresse énormement.